Un plan d’action ambitieux pour resserer les liens

Un plan d’action ambitieux pour resserer les liens

Magazine Direction(s)

Dans les Vosges, la Fédération Médico-Sociale mène une politique de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail des personnels de nuit. Primé dans le cadre du Trophée Direction(s), la démarche a des effets positifs sur toutes les équipes.

Travailler la nuit : Julien Boutrelle était persuadé qu’il était ” fait pour ça ” : “j’étais à l’aise dans mon travail, cela se passait très bien avec les résidents du Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS). Seul, je n’avais pas la Direction sur le dos ou des collègues pour me contrarier… Je ne m’étais pas rendu compte que j’étais complètement désocialisé”. Le surveillant de nuit n’avait pas non plus conscience de sa consommation de café (deux à trois carafes) et de cigarettes (quatre paquets par 24 heures…). C’est grâce au projet Bonne JourNuit de son employeur, la Fédération Médico-Sociale (FMS), dans les Vosges, qu’il a ouvert les yeux et qu’il s’est engagé dans une reconversion vers un poste de jour. En 2020, il suivra une formation de maitre brasseur pour devenir moniteur d’atelier en établissement et service d’aide par le travail (Esat).

UNE ENQUETE EN IMMERSION

Le projet est lancé en 2017 par la direction générale à destination des 37 professionnels de nuit exerçant dans ses divers établissements : foyer d’hébergement pour travailleurs d’Esat, CHRS, maison d’accueil spécialisées (MAS), établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), maisons d’enfants à caractère social (Mecs)… Objectifs ? Améliorer leur conditions de travail, prévenir les risques professionnels, mais aussi mieux fluidifier les liens avec les équipes de jour et répondre aux besoins de professionnalisation du fait de l’évolution des publics. Validée en comité social et économique (CSE), la démarche reçoit le soutien de l’association OETH (pour obligation d’emploi de travailleurs handicapés) et s’appuie sur différents partenaires : la médecine du travail, la caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) et l’Agence régionale pour l’amélioration des conditions de travail (Aract).

Première étape : l’envoi d’un questionnaires aux équipes de nuit et de jour pour analyser les perceptions que les uns ont des autres, mesurer les éventuels écarts entre le travail prescrit et réel, déterminer les besoins en termes de prévention ou de qualification… Une chargé de formation de l’association propose alors de piloter la démarche dans le cadre d’un mémoire de master en ressources humaines (RH). Noëlle Da Silva, aujourd’hui responsable Développement RH, effectue plusieurs immersions de nuit : “ Je connaissais tous les établissements, mais la nuit, c’est très différent. J’ai pris conscience de beaucoup de choses. J’étais impressionnée par les litres de café que certains avalaient “. Il lui faut d’abord convaincre du bien-fondé du projet : “ Certains dubitatifs n’avaient pas conscience des problématiques. Il m’a fallu plusieurs nuits pour gagner leur confiance. Le fait que cela s’intègre à une formation a beaucoup aidé “.

Des journées de sensibilisation sont dispensées par la médecine du travail. Une nutritionniste de la Carsat intervient également pour délivrer des recommandations sur l’alimentation. Les professionnels concernés peuvent aussi participer à des séances de sophrologie et de yoga tous les 15 jours. L’association souhaite proposer des micro-siestes. ” Le sujet est encore un peu tabou. Nous préférons avancer de manière progressive pour ne brusquer personnes “, précise Noëlle Da Silva. L’initiative s’inscrit en effet dans un temps long : démarré en 2018, son déploiement court jusqu’en 2021. Parmi les actions à venir ? L’intervention d’un ergonome du service de santé au travail, ou encore l’actualisation des fiches de poste afin de clarifier ce que l’on attend d’un professionnel de nuit en fonction de chaque établissement. Autre engagement, validé celui-là : la limitation de la durée du travail sur un poste de nuit à cinq ans maximum pour les nouvelles embauches à compter de 2020. En 2017, 40 % des travailleurs concernés étaient en poste depuis plus de dix ans. ” Nous souhaitons proposer un parcours d’intégration pour ces salariés qui contribuera à rendre ces métiers plus attractifs “, se félicite Noëlle Da Silva.

FAIRE CHANGER LES REGARDS

La démarche ne se limite pas aux seuls travailleurs de nuit. Les actions ont des effets positifs sur l’ensemble des équipes, comme le souligne Caroline Pierrat, directrice d’une Mecs à Raon l’Etape : ” Avant le projet, il n’était pas rare d’entendre de la part des personnels de jour des sous-entendus critiques vis-à-vis de leurs homologues de nuit, insinuant que c’était très tanquille… Or, la nuit ce n’est pas simple, il se passe beaucoup de choses, c’est souvent source d’angoisse pour les enfants. ” Pour faire changer les regards, des formations communes ont été mises en place dans son établissement. ” Les professionnelles de nuit ont exprimé certaines difficultés et je constate qu’elles remplissent davantage le cahier de veille, elles font remonter plus d’informations. Cela nourrit l’accompagnement des enfants et les liens avec leurs collègues de jour “.

 

 

Dernières actualités