Réviser le code de la route avec la FMS

Réviser le code de la route avec la FMS

Parce que l’absence de permis est un frein à l’emploi, Jérémy Ansart, accompagne de futurs conducteurs dans l’apprentissage du code de la route. Sans se substituer aux auto-écoles, il soutient et crée des liens, et favorise l’entraide.

Sans permis de conduire, difficile d’être “mobile”…

Parmi ses missions, Jérémy Ansart agent de la Fédération médico-sociale (FMS) accompagne un collectif d’entraide et co-organise des révisions collectives avec les participants eux-mêmes et.ou d’anciens participants ayant obtenu leurs permis.

Cette action, qui entre dans le cadre du Développement social local, est portée par la FMS et est financée par le Département.

« Les participants ont du mal à se motiver seuls, c’est pourquoi nous révisons ensemble une leçon extraite d’une série gratuite qu’on trouve sur internet », explique Jérémy Ansart, en précisant qu’il s’agit d’une notion d’entraide qui ne se substitue pas à l’auto-école.

Au cours de la séance, Marjorie Marin qui craignait de passer le permis, est venue témoigner pour les motiver et les aider à s’entraîner au code.

Et comme le problème lié à l’alcool et à la drogue sont des sujets souvent exprimés dans les demandes d’informations, elle a sollicité Alain Delaurent, chef de la police municipale, pour qu’il apporte des réponses.

Alcool, drogue… s’informer sur les risques routiers

Pour illustrer l’impact de l’alcool, Alain Delaurent a invité Josselin, de Vincey, à porter des lunettes qui simulent l’ivresse. Une fois équipé, il devait ramasser une balle au sol. Autant le dire, l’exercice est très difficile !

Xavier Lemaire, venu avec Alain Delaurent (moniteur d’auto-école), a répondu aux questions posées. Intervenants départementaux de la sécurité routière, ils connaissent bien ces sujets.

Se faire confiance

Après un tour de table où chacun a exposé ses soucis face au volant, Vanessa Pinchon, adjointe technique territoriale à la police municipal rappelle qu’« il faut se faire confiance ».

« Il faut vous mettre dedans à fond. Dans tous les apprentissages, la motivation est très importante. Les phobies au volant dépassent nos compétences, on essaie de vous mettre en confiance », ajoute Xavier Lemaire.

Par expérience, Alain Delaurent souligne « qu’on apprend tout le temps », et même quand on a le permis.

Réviser ensemble et s’entraider

Lors des réunions collectives, la notion d’entraide fonctionne, « les participants viennent de Charmes, Vincey et de Nomexy. Ils sont là à chaque séance, et les séances sont adaptées aux besoins », conclut Jérémy Ansart.

vosges matin – publié le 22 juillet 2021


A ce jour, une réflexion est en cours sur la commune de Thaon les Vosges. D’autres peuvent suivre… à la demande des habitants.

Dernières actualités